Pesticides : vous en reprendrez bien une petite louche ???

Pesticides : vous en reprendrez bien une petite louche ???

128 résidus chimiques dont 36 pesticides différents et 47 substances soupçonnées d’être cancérigènes… C’est ce qu’un enfant de 10 ans est susceptible d’avaler en une journée grâce à un menu satisfaisant par ailleurs à toutes les recommandations nutritionnelles (vous savez les 5 fruits et légumes, le poisson et tout et tout…) Une portion de saumon vapeur élevé en Norvège, et zou, 54 contaminants chimiques pour le même prix ! Une pomme pour la pause de 10 h, et hop, 6 pesticides avalés ! Un smoothie fraise-framboise pour le goûter de 16h, et toc, 5 fongicides – dont 1 non autorisé en France – pour le même prix ! Sympa comme tout, non, les résultats de cette enquête récente menée par 3 associations  – Générations futures, WWF France et le Réseau Environnement Santé .

Concernant le problème spécifique des pesticides, le plan Ecophyto 2018 élaboré dans le cadre du Grenelle de l’Environnement vise la réduction de 50% de l’usage des pesticides en 10 ans.  Ce serait pas du luxe car la France est à l’heure actuelle le 3ème consommateur mondial de pesticides et le 1er consommateur européen. En attendant, le Cruiser – oui, celui qui tue les abeilles – vient de voir son autorisation prolongée d’un an par le Ministre de l’Agriculture. Le crédit d’impôt aux agriculteurs souhaitant passer au bio vient d’être réduit de moitié par le gouvernement. Et le nombre de cancers liés à l’exposition aux pesticides ne cesse de monter, en particulier chez les agriculteurs…

Alors que faire  à l’échelle individuelle ?

– Primo : a minima, BIEN LAVER SES FRUITS ET LEGUMES, même si ça ne permet que de limiter les dégâts vu que certains pesticides pénètrent au coeur du fruit-légume…

– Deuxio : consommer de préférence BIO – puisque le bio proscrit les pesticides de synthèse – LOCAL – ça permet d’éviter les pesticides et fongicides mis dans les lieux de stockage et les cargos qui transportent les produits – et privilégier les FRUITS E T LEGUMES DE SAISONS – pour éviter les produits sous serre qui ont généralement subi des traitements fongiques importants.

Tertio : continuer à s’informer et soutenir l’action des associations qui, comme Générations Futures, se battent pour que le plan Ecophyto soit plus qu’une bonne résolution de plus.

Saint Exupéry disait « L’avenir, c’est du présent à mettre en ordre ». C’est sûr qu’il y a du boulot et que pour continuer à être optimiste, mieux vaut se retrousser les manches !!!

Aucun commentaire

Laisser un commentaire