Le Making of (3) / Feuniquoi ???

Le Making of (3) / Feuniquoi ???

Récapitulons : le projet (créer une marque de cosmétiques bio) on l’avait. Les soins à élaborer, on savait aussi. Rester à trouver un nom…

L’abeille joyeuse comme totem…

Curieusement, notre « drôle de nom » s’est assez vite imposé. Parce que, sous ses airs « rigolo » il incarnait exactement ce qu’on voulait être et faire. Einstein a dit un jour que si l’abeille venait à disparaître, l’humanité n’aurait plus que quelques années à vivre ».  40% de notre alimentation (fruits, légumes, oléagineux) dépend exclusivement de son action de pollinisation. Or l’abeille connaît aujourd’hui un taux de mortalité record. Même si les causes sont multiples, il est clair que la pollution de notre planète et l’utilisation de pesticides ultra-toxiques (Gaucho, Regent, Cruise…) au nom d’une recherche de profit totalement irresponsable y sont bien pour quelque chose. Pour ceux que ça intéresse, on vous recommande  le formidable documentaire d’ARTE  « Le mystère de la disparition des abeilles ».

Moralité, il est urgent de développer une autre approche et que, chacun, à son échelle, adopte de nouveaux comportements pour continuer d’envisager l’avenir de façon positive. C’est ce que nous essayons de faire à notre façon dans la cosmétique et de préférence joyeusement !

Mais pourquoi en anglais ?

Sauf que l’abeille joyeuse, en français donc, ça sonnait quand même beaucoup moins bien que les 3 syllabes toutes gaies de Funny Bee (prononcer Feu-ni-bi). Et ce fut donc la version anglaise qui s’imposa.

Et puis l’abeille est un animal utile, bénéfique (cf pollinisation) qui butine des fleurs et des plantes pour produire une substance nourrissante, le miel. Nous, on fait un peu pareil : on essaye d’être utiles en développant des soins efficaces tout en s’inscrivant dans une approche de développement durable et on butine des fleurs et des plantes pour créer des mousses et des crèmes qui nourrissent la peau. Bon, évidemment, on est moins bucolique et notre activité à nous se passe dans un labo mais en dehors de ça – et bien sûr du fait que, en VRAI, on n’a pas d’ailes dans le dos… :-))  – on se sent très en phase avec notre totem l’abeille. Bzzzzzzz !

La suite, au prochain épisode.

PS : Bon d’accord, j’avoue, EN VRAI mes jambes, contrairement à celles de Valérie, sont loin d’être aussi longues que celles de ma silhouette à droite, ça s’appelle une licence créative 🙂

Aucun commentaire

Laisser un commentaire