Le Making of (1) / Joue-la comme Canto !

Le Making of (1) / Joue-la comme Canto !

Après « Feuni Bi ? ça s’écrit comment ? », la deuxième question qu’on nous pose le plus souvent, c’est « comment fait-on pour créer une marque de cosmétique ? » Donc puisque le sujet semble intéresser pas mal de gens, on s’est dit qu’on allait vous raconter quelques épisodes de notre aventure. En remontant au tout début…

Il était une fois…

Il était une fois 3 filles super qui voulaient s’engager dans la police. Euh non, je m’égare. D’abord on n’était que deux et Charly n’était pas là. On recommence. Il était une fois deux filles têtues qui avaient envie de créer une marque de cosmétiques bio qui apporte un peu gaieté et d’humour dans un univers qui en manque souvent. Bon, je vais m’arrêter de parler de nous à la 3ème personne parce que ça fait quand même un peu bizarre…  A ce point de l’histoire, j’en entends qui se demandent : mais enfin que vient faire Cantona dans ce post ??? Patience… J’y viens. Donc on a décidé de créer notre marque. Evidemment, ça ne nous a pas pris comme ça, du jour au lendemain.

En fait, l’idée nous trottait dans la tête depuis déjà pas mal de temps pour au moins 3 excellentes raisons.

Primo parce qu’on avait chacune envie de travailler comme on l’entendait et ça, c’est plus facile quand on est son propre boss. Deuxio parce qu’on partageait le même goût pour le naturel en matière de cosmétiques. Tertio parce que durant les 5 ans déjà passés à travailler ensemble, non seulement on avait fait du bon boulot, mais en plus on s’était bien amusées (dans une vie antérieure, Valérie n’était pas ma funny associée mais ma cliente et elle était directrice générale d’une marque de compléments nutritionnels beauté qui se termine en iol pour laquelle j’étais consultante…) Bref, après avoir bien pesé le pour, on a fini par sauter le pas en évitant de trop s’appesantir sur le contre car, comme le dit le grand Cantona (ah, ENFIN !)celui qui anticipe tous les dangers ne prendra jamais la mer*. Eh oui, Cantona , c’est non seulement c’est le St patron des entrepreneurs qui débutent mais en plus, depuis qu’on a lu son interview dans Marie Claire, on a décidé de le nommer membre d’honneur du Funny Bee Club vu qu’il en partage à fond la philosophie (ou nous la sienne, comme on veut)

Fin du premier épisode.

* Si vous n’avez pas vu le film de Ken Loach, « Looking for Eric », où il prononce cette phrase mémorable, louez-le d’urgence, c’est un vrai feel good movie

Aucun commentaire

Laisser un commentaire